Passionnée depuis des années par le sport, j’ai très tôt compris que les freins psychologiques pouvaient être un frein à la performance. Je me suis très tôt rendu compte que l’optimisation du geste sportif était souvent dû a un blocage émotionnel ou psychologique.

Bref, je me suis très vite dirigée vers un double diplôme : préparation physique et mentale pour sportif de haut niveau.

Nous sommes obligés de programmer une compétition pour faire une séance ?

Biensur que NON !

La préparation mentale est efficace pour les sportifs de haut niveau, ou de bon niveau, car elle vous permet de préparer un objectif, mais vous pouvez faire un suivi en préparation mentale comme vous vous faites accompagner par un coach mental ou par un psychologue.


Les techniques sont universelles, nous travaillons sur des exercices de développement des habiletés émotionnelles (gestion des émotions, gestion du stress, confiance en soi, affirmation de soi, affirmation de ses besoins). Ces exercices sont là pour nous aider à comprendre qui nous sommes et comment nous fonctionnons. Il est donc recommandé à toute personne qui se sent prête à faire un travail sur soi, de suivre un programme de préparation mentale ou d’accompagnement.

Qu’est ce que la préparation mentale ?

Ce sont des techniques d’optimisation de la performance. Nous allons entraîner le cerveau, construire et déconstruire certains schémas mentaux pour optimiser la performance.

Tout simplement, nous allons voir avec le sportif comment se passe les routines d’entraînements, les choses qu’il fait ou ne fait pas avant les entraînements ou compétitions. Nous allons aussi analyser les images mentales ou le discours que l’on peut se faire dans la tête pendant la phase préparatoire ou lors des rendez-vous sportifs. Le but sera de créer une atmosphère optimale, aidant le sportif à tout mettre en place pour faire la plus grande performance le jour-j.

La préparation mentale fait référence à des habiletés, des procédures et des stratégies en vue d’améliorer les apprentissages et d’optimiser les performances.

Il faut voir la performance comme un cercle ou un camembert dans lequel nous allons avoir :
> les compétences tactiques
> les qualités physiques
> le pouvoir du mental 

En préparation mentale, on va agir sur le pouvoir du mental qui va induire sur l’état de forme le jour J, et sur toutes les autres compétences.
Ainsi, la préparation mentale, c’est comme l’entraînement sportif et physique, plus tôt, on le commence, plus nous avons de chances de réussir. 

Sur quoi travaille-t-on en préparation mentale ?

Nous allons travailler sur tout !
L’athlète peut être suivi à côté par un psychologue s’il y a des problèmes ancrés ou des spécificités à traiter ; sinon nous allons travailler sur tous les aspects du mental.

Nous allons commencer par voir les failles, les choses qui posent problème, les déficits de confiance, les pensées limitantes et toutes les choses qui bloquent la performance.
La suite du travail va permettre d’agir sur les motivations, le pilier principal de la performance. La motivation est un concept très large qui regroupe plusieurs sous-notions. Nous allons voir si l’environnement est propice, si l’épanouissement est là, quel est le degré de motivation.
Puis pour finir, nous travaillerons sur les objectifs, si c’est objectif sont clairs et atteignables afin d’ajuster le travail.

Une fois cette première phase du travail réalisé, nous allons ensuite rentrer dans le vif du sujet en travaillant de manière très concrète les blocages dans un premier temps.
Je travaille dans trois parties :
> La phase d’échange ou nous parlons et ou nous faisons remonter les choses la phase d’écriture où l’on met noir sur blanc les éléments afin d’en prendre conscience.
> La phase d’évacuation ou grâce à des exercices concrets, nous allons travailler pour évacuer ce blocage et le digérer

Après ces exercices fastidieux qui peuvent être douloureux, mais libérateur, nous entamons la phase de consolidation.
Je commence par créer des routines, des gestes ou des “grigri” des choses qui permettrons d’améliorer la confiance, de gérer des émotions ou des frustrations. Ce sont des gestes ou des choses à faire pour mettre le sportif dans une bulle, lui donner confiance et lui permettre de poser son mental afin de rester focus sur ce qu’il a a faire.

L’autre partie du travail est souvent sur la confiance, l’estime et l’affirmation de soi. Nous travaillons sur les failles et les doutes bien sûr, mais le but est de construire ou de consolider ses acquis afin que le sportif garde le cap sur les objectifs et ne doute pas de ses capacités.

Comme vous pouvez le voir, cette liste est une trame et un “idéal” mais dans le suivi, nous sommes sans cesse en aller-retour entre ces phases et nous venons ajouter de nouvelles choses afin de répondre au besoin de chacun, a ses attentes et surtout écouter ses doutes et ses peurs.

Quels sont les axes d’améliorations ?

Nous travaillons essentiellement sur le mental et sur la perception de la vie de chacun. Donc il est évident que les performances se font ressentir, mais surtout la sérénité du sportif elle n’a pas de prix.
Nous devons créer autour de l’individu un sentiment de confiance, et surtout que lui-même sache seule mettre toutes les choses pour se sentir bien, en confiance et prêt à performer. 

Pour moi, la priorité est de ne pas créer une dépendance à son préparateur mental, nous devons accompagner vers l’indépendance et vers la liberté. La préparation mentale est un outil de développement personnel. Suite à ces exercices et à ces séances, l’athlète doit être plus sur de lui et surtout doit avoir une meilleure estime et connaissance de lui.